LECTURES DE VACANCES

 
reading-book-nightstand-1 (1).jpg

J’ai toujours beaucoup lu. J’adore les livres et les histoires. Je lis de tout, à tout moment. Je n’ai pas honte d’admettre que j’ai lu plus ma part de romances à l’eau de rose et autres romans de quatre sous. Et cela ne manque jamais de me surprendre, lorsque je mentionne lire même en me brossant les dents, que mon interlocuteur trouve cela étrange. Pour moi, c’est tout simplement une utilisation efficace du temps.

Enfant, je me souviens d'avoir lu sous mon pupitre (4e année, M. Sankey, alors que j'aurais probablement dû mémoriser mes tables de multiplication).  Je lisais même sur le chemin de l’école, en marchant – l’équivalent de texter en marchant à l’ère pré-cellulaire. Le plus souvent, je lisais tard le soir, accrochée à mon lit dans toutes les positions pour parvenir à attraper la faible lueur de la lumière de la salle de bain que ma mère laissait allumée. Ce qui d’ailleurs, en passant maman, ne ruine pas la vue!

Aujourd’hui, je fais preuve d’un peu plus de discernement. Bien que je sois toujours une lectrice avide, le travail et d’autres priorités ne me permettent pas toujours de lire aussi souvent. C’est pourquoi j’adore l’arrivée des vacances qui me donnent la liberté de pouvoir me livrer à mes lectures en tous genres.

C’est le moment idéal de me rattraper et de lire toutes les revues des derniers mois que je n’ai pas lues. Ou de lire le journal quotidien, le matin, de la première à la dernière page. Enfin, c’est le moment de profiter pleinement de ce livre que j’ai l’intention de lire depuis un certain temps.

Qu’y a-t-il présentement sur ma liste de lectures?

Un peu de tout. 


Sharp Objects, de Gillian Flynn

Un best-seller du New York Times par l'auteur de Gone Girl et d'une série limitée de HBO. Qui l’eût cru? C’est le dernier livre que j’ai acheté à l’aéroport d’Ottawa, en voyageant, ce que je fais souvent. Pour le profit des fréquents voyageurs (et lecteurs), sachez qu’il existe maintenant un programme appelé « Lisez et retournez » dans de nombreux aéroports qui offre un remboursement de 50 % lorsque vous achetez, lisez et retournez un livre. Oui, vraiment!


Lean In, de Sheryl Sandberg

C'est la deuxième fois que je le lis. Bien que j'aie entendu de très bons commentaires à son sujet, j'ai trouvé difficile de concilier les suggestions et anecdotes du livre avec ma propre réalité de mère au travail avec de jeunes enfants, qui a une hypothèque et des factures à payer. Pourtant, je crois toujours fermement à l'importance de l'équilibre famille-travail et à l’égalité des chances pour les femmes, alors je vais lui donner une seconde chance. 


The Coaching Habit: Say Less, Ask More & Change the Way You Lead Forever, de Michael Bungay Stanier

Dernièrement, j'ai ajouté quelques grandes vedettes à mon équipe de la CHFA. Nous sommes en pleine période de transition et de possibilités, et faire partie de cette équipe me donne envie d’améliorer mes propres compétences.


The Sun and Her Flowers, de Rupi Kaur

je vais être honnête.  Bien que j'aime lire, la poésie ne figure pas souvent sur ma liste. Cependant, l'un de mes membres de ma collectivité sur Instagram ne cessait d’afficher des citations et des déclarations de Mme Kaur incitant à la réflexion; j'ai donc acheté celui-ci sous l’impulsion du moment, en passant à la caisse, chez Indigo.


What Makes an Effective Association, Benchmarking for Performance, de Richard Paton

Même si je pense que la CHFA est une association un peu unique, il est toujours bon de voir ce que les autres associations font et leurs facteurs de mesure. Ils n'appellent pas ça des pratiques exemplaires pour rien.

En ce qui me concerne, la lecture est une occasion d'apprendre, de grandir et de s'évader. Elle a enrichi mon vocabulaire et amélioré ma grammaire. De plus, selon certaines études, elle peut aussi aider à préserver la santé du cerveau au fur et à mesure que nous vieillissons. Comme le dit C.S. Lewis (l'un de mes écrivains préférés), « il n’y aura jamais une tasse de thé assez grande ou un livre assez long pour me satisfaire ».

 
Emily Arsenault